AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Meet me at night ♥ Sasha (Daifuku house)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
MessageSujet: Meet me at night ♥ Sasha (Daifuku house)   Jeu 11 Fév - 5:19

Meet me at night,
I'll be waiting for you
Sasha & Dae Hwang



Tirant légèrement la langue sous la concentration, Dae tentait de réussir le fameux combo qui allait réussir à éliminer l'ennemi face à lui. Ses doigts jonglaient presque sur les touches de sa manette. Il marmonnait entre ses dents des "ouais.. oui oui oui ! J'y suis... oui ! Allez !", litanie prononcée pour s'encourager. Le niveau était difficile, plus que ça même. Il ne cessait de pester face à tous les obstacles qu'il avait dû surmonter pour arriver jusqu'au Boss. Il était sur ce jeux vidéos depuis des heures, casque sur les oreilles pour que le son ne dérange pas ses colocataires. Et lorsqu'enfin, il vît l'énorme monstre s'écrouler sous un nième coup, il se leva, bras en l'air et poussa un cri de joie. Il regretta instantanément, retirant le casque pour vérifier que personne ne lui criait de remontrance. Mais par chance, personne ne sembla l'avoir entendu ou lui avoir prêté attention. Il arrêta le jeu et décida de sortir un peu de sa chambre, chose qu'il n'avait presque pas fait de la journée. Et il était déjà tard. Mais qu'y pouvait-il ? Il était allé vérifier que tout allait bien à la résidence de Mr Park puis il était rentré, sans autre motivation que... de ne rien faire. Il avait rempli sa mission quotidienne, il n'allait pas se forcer à en faire plus.

Longeant le couloir, il se dirigea vers la cuisine et fouilla les placards à la recherche des ramens qu'il avait acheté récemment. Quand il mît la main dessus il alluma les plaques de cuisson, y déposa une casserole remplie d'eau, prépara le bouillon et découpa de la viande afin de la faire cuire dans une poêle à côté. Il fît cuir les nouilles et y ajouta des oeufs une fois qu'elles furent à la texture qu'il aimait. Il mît tout ça sur un plateau ainsi que du kimchi préparé par sa mère qu'il conservait au frigo. Se préparant ainsi un repas digne de ce nom, il alla s'installer à table, s'agenouillant et commençant à déguster les différents mets goulûment, devant la télévision. Il tomba sur une émission de divertissement dans laquelle était invité le dernier girl band à la mode. L'une des membres ressemblaient légèrement à la jeune femme qu'il avait rencontré dans la boîte de la dernière fois. Il sourît au souvenir de sa rencontre avec elle. Il n'avait jamais vu plus belle créature de sa vie. Regardant distraitement l'écran, il engloutissait tout ce qui lui passait sous la main, se fichant bien de savoir s'il se retrouvait avec de la sauce sur le menton ou non. Bientôt repu, il débarrassa et commença à faire la vaisselle. Il coupa enfin l'eau et jeta un oeil à l'heure. Il se faisait tard, il allait sûrement se coucher tout de suite.

Il commença à quitter la cuisine, grattant son torse à travers son haut. Mais il sursauta légèrement et se stoppa net en entendant du bruit provenant du couloir. Il se leva, remontant à peine son bas de pyjama et se dirigea lentement vers la source du son. Il s'était au passage armé d'un livre, ignorant totalement comment il allait pouvoir s'en servir s'il y avait un intrus malveillant dans la maison. Pourtant, il le brandissait devant lui comme s'il s'agissait de la meilleure arme qui ai jamais existé. Un autre bruit parvînt à ses oreilles. Ca venait de sa propre chambre, sans aucun doute. Il grogna, se demandant pourquoi justement la sienne mais il s'avança encore, jetant un coup d'oeil par l'embrasure de la porte qu'il avait laissé légèrement ouverte. Puis il souffla de soulagement en reconnaissant Sasha. Il entra et la regarda en haussant un sourcil : " Tu peux pas passer par la porte, comme tout le monde ? J'ai failli avoir une crise cardiaque. " râla-t-il faussement avant de s'approcher d'elle et de l'enfermer directement dans une étreinte vigoureuse mais pleine de tendresse. " Saleté va... j'vais finir par te faire un double des clés. " Et il déposa un baiser franc sur son front avant de doucement se détacher. " Tu dors ici, je suppose. " dît-il et il alla se poser sur son lit, lourdement. C'était une question rhétorique. Il savait pertinemment qu'elle allait rester. Aussi tapota-t-il la place qu'il laissait à côté de lui pour lui faire signe de le rejoindre. " Allez, viens là princesse. " et il lui adressa son plus beau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
MessageSujet: Re: Meet me at night ♥ Sasha (Daifuku house)   Sam 13 Fév - 1:02

Je venais de raccrocher, Monsieur Zakharov et toute ma famille Russe voulaient prendre de mes nouvelles par Skype. Ce que je fis très discrètement, enfermée dans ma chambre, bien sûr j’avais vérifié que personne n’était là. Je refusais d’admettre que quelqu’un, dans ce pays, soit au courant de mon passé, et c’est avec une joie immense (représenté d’une poker face) que j’éteignis mon ordinateur. J’étais tellement expressive que je m’en effrayais (bonjour l’ironie). Je n’arrivais pas à avoir une tête joyeuse, je ne souriais que rarement et j’étais super très timide et réservée. Donc, impossible de moi de m’exprimer devant des personnes inconnues sans prendre le risque d’angoisser, de paniquer et de bégayer. C’était la raison principale du « pourquoi je n’avais pas d’amis », ou alors très peu. Je savais que les autres n’avaient pas envie de venir me parler, ou même me draguer, parce que oui, on ne voulait pas d’une fille aussi timide et qualifiée de « blasée » que moi. Mais dans ma situation actuelle, je n’ai jamais rencontrée une personne capable de me faire changer et de m’ouvrir au monde, j’avais beau être comme « adorable » avec toi, je ne m’ouvrais à personne d’autres et tu savais très bien qu’il ne fallait pas me forcer à faire ma sociable. La nuit commençait à venir et je me décide à commander une pizza aux trois fromages, puis je bus un thé russe en attendant. Quelques minutes après, je dégustais ma pizza, dans mon lit, de peur de me « mêler » à mes colocataires et de me retrouver, paumée entre leurs conversations. Mon regard était figé sur le plafond blanc, ma chambre était d’une banalité... C’était le genre de décoration à la youtubeuse beauté Américaine, qui m’inspirait beaucoup d’ailleurs. Et c’est ce que je qualifiais de banalité, oui. Je ne suis pas une personne simple à cerner, je suis très complexe et dotée de nombreux mystères. N’essayez pas de me comprendre, vous deviendrez fous. Ma main passe nerveusement dans mes cheveux noirs, étant enroulée dans ma plaid, ma tasse de thé à la main, j’étais perplexe et inquiète. Je détestais la nuit : mon organisme s’était mis en tête de m’empêcher de dormir seule et s’était ordonné de me faire paniquer, comme une pure débile. Viens l’heure de ma longue douche froide, oui je ne me douchais jamais avec de l’eau chaude. Je lave mon corps avec un gel douche à la myrtille et exécute des soins sur mon visage. En sortant, j’enfile ma combinaison de panda et je pars me fourrer au fond de mon lit, sous ces trois couettes et deux plaids. Non, ayant habité en Russie, je ne m’étais jamais habituée au froid. Je clos mes paupières, je me tournais dans tous les sens mais il m’était impossible de m’endormir ; après avoir cogiter pendant plus de deux heures. Je me lève lentement et quitte ma combinaison pour enfiler un legging noir, un gros sweat gris à capuche qui t’appartenait et des converses noires. Je mets la capuche et mon téléphone dans ma poche, je prends les clés puis quitte la maison. Je marche quelques longues minutes dans ce froid horrible et voyant que tout était fermé, je n’eus pas d’autres choix que d’escalader jusqu’à ta fenêtre. Je me hisse le haut du mur et monte les divers rebords, agilement, jusqu’à ta fenêtre. J’eus espéré qu’elle soit ouverte, mais non. Je soupire et de mes doigts glacés, je sors une barrette et essaie de la déverrouiller. J’avais déjà fait ceci lors de mes missions d’espionnage et d’infiltration, la barrette marchait réellement. Mes doigts étaient tellement rouges et froids que j’eus du mal à maintenir la barrette entre mes doigts, elle tomba plusieurs fois et il me fallut quelques temps pour finalement, ouvrir cette fenêtre. Je rentre enfin, tel un ninja et je la referme derrière moi, la verrouillant et fermant le rideau. Je sursaute et pousse un petit cri étouffé en t’entendant parler. Je me retourne vers toi et je souris faussement. Pardon ? Tout était fermé, je n’allais pas prendre le risque de sonner, et réveiller, tout le monde. Je baisse ma capuche et me sépare de mes chaussures, dévoilant mes grosses chaussettes en laine, que j’avais moi-même tricoté. Lorsque tu vins me prendre dans tes bras, ta chaleur corporelle m’envahit directement et réchauffa mon âme, ainsi que mon corps, meurtrit par ce froid Coréen. Je te laisse embrasser mon front et je souris doucement à tes paroles, d’un ton taquin, je répondis. ça fait combien de fois que tu me dis ça, mh ? J’hausse un sourcil à tes paroles et le temps que j’aille fermer ta porte à clés, puis éteindre la lumière, j’entendis ta main tapotée ton matelas. Je m’empresse de venir vers toi et je me faufile entre tes jambes, mes bras viennent entourer rapidement tes épaules, et je viens m’allonger contre toi. Bien sûr, je te fis basculer en arrière, mais de ma petite taille et de mon poids léger, je ne te fis pas vraiment mal. Enfin, j’espérais. Mon visage contre ton cou, je murmure. J’ai passé deux heures à essayer de m’endormir ! On dirait que mon corps lutte et veut m’empêcher de dormir seule.. Je fis une moue, mes lèvres viennent embrasser tendrement ton cou. Tu as toujours mes deux couettes et ma plaid, hein ? Parce que j’ai mes mains glacées.. Je me redresse, mais reste assise au niveau de ton bassin, levant mes mains, rougies par le froid devant toi. Regarde.. Dis-je en affichant presque une moue, expression qui était rare à mon visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
MessageSujet: Re: Meet me at night ♥ Sasha (Daifuku house)   Mer 17 Fév - 12:45

Meet me at night,
I'll be waiting for you
Sasha & Dae Hwang



Dae Hwang était toujours pris au dépourvu quand sa meilleure amie venait chez lui par ce biais. Il avait essayé moult fois de deviner de quelle manière elle arrivait à se hisser jusque là. Il avait analysé la façade avec attention mais s'était toujours retrouvé devant l'évidence : elle prenait le risque de se rompre le cou en passant par là. Elle était folle. Complètement folle. Il n'y avait pas d'autre explication. Mais si elle n'avait pas ce grain de folie, jamais Dae de lui aurait porté autant d'attention. Il se souvenait encore de la nuit de leur rencontre. Elle avait eu l'air d'un petit chien abandonné ce soir là. Et malgré les températures basses de la soirée et son état déplorable, il se souvenait de la ténacité avec laquelle elle avait refusé son secours. Il avait presque dû la kidnapper pour qu'elle daigne venir au moins dormir au chaud, chez ses parents. Et finalement, elle avait cédé difficilement, s'était bien couchée sur le clic clac dans la chambre du jeune homme et avait accepté d'y fermer les yeux. Et c'était à grand renforts d'attention, du genre « petit déjeuner au lit », d'achats de nombreuses babioles toutes plus adorables les unes que les autres (peluches, porte-clé, barrettes pour les cheveux, serre-tête rigolo...) et de blagues pourries qu'il avait réussi à ouvrir la coquille dans laquelle Sasha semblait s'être terrée à l'époque. Aujourd'hui, ils étaient fusionnels. Il aurait été difficile en les voyant comme ça de deviner le début de leur relation. Ils avaient laissé ça derrière. Ils vivaient leur amitié au jour le jour, le passé n'avait aucune importance.

Jamais d'ailleurs Dae n'avait posé de question sur ce qui avait amené Sasha dans la rue, ou sur tout ce qu'elle avait pu vivre avant leur rencontre. Jamais. Etait-ce un manque de curiosité ? Loin de là. Il s'était juste toujours dit que le moment viendrait où elle se confierait. Si elle en ressentait le besoin. Autrement, il patienterait, serait là pour elle à sa manière. Elle avait aussi le droit à son jardin secret... Il plaisanta sur le fait qu'elle aurait pu le rejoindre de façon plus formelle ce à quoi elle répondît que les conditions ne le permettaient pas. Elle avait plus ou moins raison, ses colocataires dormaient déjà. Il se faisait tard. Dae fît une moue en acquiesçant, signe qu'il voulait bien lui accorder ça. Et alors qu'elle se mettait déjà à l'aise, enlevant notamment ses chaussures, il vînt l'enlacer sans attendre. C'était comme ça entre eux. Directement. Ils se voyaient, ils se prenaient dans les bras l'un de l'autre. Sans ambiguïté aucune pourtant. C'était naturel pour eux. Il lui promit un jeu de clé ce à quoi elle riposta joueusement en lui faisant remarquer qu'il l'avait déjà dit. « Certes. » lâcha-t-il simplement, avec un léger rire coupable dans la voix. Il n'y pensait pas, c'est tout ! Il était comme ça Dae. Tête en l'air. Pire qu'étourdi même. Ils s'installèrent ensuite dans le lit, d'abord lui, puis elle qui vînt doucement s'allonger sur lui. Il sourît et l'enlaça tendrement, fermant les yeux et profitant de l'étreinte. Elle avait l'air si fragile dans ses bras, prête à se briser. Et pourtant, il savait qu'elle était plus coriace que la plupart des gens qu'il connaissait. Il aimait ce contraste entre son physique fluet et son tempérament de feu. Elle lui avoua ne pas réussir à dormir et vînt déposer de petits baisers dans le cou de Dae qui le firent à peine frissonner mais sourire d'autant plus. « Alors du coup, tu t'es dit que j'allais enfin servir à quelque chose et tu as décidé que je serai ton nounours pour la nuit. C'est ça ? J'ai tout suivi ? » répondît-il avec un rire taquin venant caresser le dos de la demoiselle vigoureusement, la secouant presque.

Elle l'interrogea sur la literie qu'il possédait, à savoir double dose de couette et autres draps idéaux pour les nuits froides et il la vît se redresser en se plaignant que ses mains étaient glacées. Preuve à l'appuie : ses mains levées devant le visage de Dae. Ce dernier les saisît délicatement et les enferma dans ses propres mains gigantesques d'homme viril – du moins, il rêvait que ce soit ce qu'elles évoquaient. Il se releva un peu et vînt souffler doucement entre ses paumes pour entourer les extrémités fragiles et gelées de son amie de chaleur. Il la regarda dans les yeux, à la lueur de la lampe de chevet qui était encore allumée, lumière tamisée dans la pièce qui rendait l'instant plus intimiste, plus rassurant. « Ca va mieux comme ça ? » demanda-t-il en continuant ses attentions. Finalement il se redressa plus encore et choppa la couette à ses pieds, maintenant Sasha contre lui d'un bras ferme. Il rebascula en arrière avec son amie et les recouvrît d'un geste efficace avec la fameuse couette en rigolant doucement. « J'ai pas plus que ça, mais crois-moi, ma maman m'a juré que c'était la meilleure couette qui était en boutique. » affirma-t-il presque fièrement. Il fît tomber lentement Sasha sur le flan et se mît sur le côté lui aussi pour lui faire face, après avoir tâtonné vers l'extérieur afin d'éteindre la lumière et d'attraper son téléphone. Objet dont il se servît pour éclairer leur cabane de fortune. Il entremêla leurs jambes doucement et passa un bras protecteur autour de la taille de la brunette. « Et puis ma chaleur corporelle suffira à te réchauffer. » plaisanta-t-il en se rapprochant sensiblement, venant embrasser son front lisse.

Puis il ferma les yeux, comme pour signifier qu'il était temps de dormir. Pourtant, il rouvrît un œil et la toisé, l'air curieux. Une question le taraudait et il s'interrogeait pour savoir si elle valait la peine d'être posée. Il ouvrît la bouche, prenant une inspiration mais la referma. Il fronça le nez, encore hésitant avant de rouvrir la bouche pour cette fois prendre la parole. « Faudra que tu m'expliques quand même comment t'arrives à grimper jusque là. Fin... y'a même pas d'escalier de secours. C'est assez fou, quoi. » et il ouvrît son deuxième œil pour la regarder, l'air intrigué. « T'es quoi, un ninja ? » plaisanta-t-il lâchant un rire peu sexy dont lui seul avait le secret.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
MessageSujet: Re: Meet me at night ♥ Sasha (Daifuku house)   Dim 21 Fév - 17:14

Mission infiltration ; escalader ce mur pour rejoindre ta chambre. Oui, j’en avais l’habitude, je devais le faire au moins cinq fois par semaine. Et tout ça, dans le plus grand secret, enfin tu savais que j’escaladais mais je savais qu’à chaque fois, tu me demandais comment je faisais. Et chaque fois, je me braquais. Tu n’étais pas censé connaître mon passé, personne n’a le droit de le connaître. Tu ne pouvais pas savoir qu’escalader ce mur, je l’avais appris en Russie, mais je me braquais quand même. Et dieu sait combien j’étais conne quand je me braquais, ou quand je me vexais ; tu le savais très bien. Mais tu avais toujours ce petit truc pour me faire craquer et sourire, parce que oui, il n’y a qu’avec toi dont je suis si proche autant mentalement que physiquement. Notre relation est tellement fusionnelle que je n’ose pas penser au jour où on aura quelqu’un, parce que ça me déchirerait le cœur. En repensant à notre rencontre et à mon arrivée d’sdf, je reste nostalgique. J’étais partie sans rien, refusant toute aide. Je passais mes soirées, assise devant des restaurants, pauvres ou riches, que je ne pouvais même pas me payer. Et tu étais arrivé, tel un ange venu me soutenir et me proposer ton aide. Grosse stupide que j’étais, j’avais refusé, et tu avais insisté, alors j’avais encore refusé. Je ne pouvais pas croire un inconnu. Mais au final, lorsque tu m’as forcé à venir, je n’ai pas pu refuser. J’étais bien trop faible et au point où j’en étais, ma vie était trop peu utile. Je me souviens de mes jambes tremblantes, de mon corps faible et de mon teint pâle, de mes paupières bien trop lourdes et de mon souffle irrégulier. Oui, je faisais peine et je me souviens que tu m’avais porté afin que je ne m’écroule pas et que je ne me casse pas, parce que j’avais un manque de tout : nourriture, vitamine et toutes ces choses nécessaires pour un corps en bonne santé. Avec la merveilleuse aide (quelle ironie) de mon caractère de fille renfermée, je ne t’ai pas parlé et je refusais ton aide même si j’avais le cœur comprimé, et la tête qui tournait. Je ne te faisais pas confiance. Je m’étais couchée, le corps quasi paralysé et l’esprit embrumé. Le lendemain, j’avais accepté ton déjeuner et c’était à partir de ce moment que mon corps prit des formes, que je pris également du poids et que je semblais plus jolie. Mais pas question de te faire confiance. Pourtant, au fur et à mesure du temps, je me suis horriblement attachée à ta personne, si aimante, gentille et affectueuse. Tu es mon essentiel, mon meilleur ami et plutôt crever que de te laisser à quelqu’un d’autre. Je ne te partage pas. Tu es MON meilleur ami, pas celui d’une autre ou d’un autre. Quitte à me faire des ennemis, je m’en foutais. D’ailleurs, c’est avec grand enthousiasme que je te retrouve, j’étais consciente de t’avoir fait peur (fierté personnelle). Je me mets à l’aise en retirant mes baskets et je viens m’allonger sur toi lorsque tu t’assois. Je souriais niaisement en embrassant ton cou, tandis que tu me serrais fermement contre ton torse. Tu m’es toujours utile, et tu sais très bien combien tu m’es important, pas seulement pour dormir. N’étant pas habituer à dire de telles choses, je continue presque dans un chuchotement. Tu m’es indispensable et je refuse de te partager. Mais, mon corps glacé me fit penser que je n’allais pas pouvoir résister une nuit avec ce simple drap. Tu attrapes alors mes petites mains glacées entre les tiennes, qui devaient faire deux fois les miennes… Oh, désespoir. Que pouvais-je faire, du haut de mon mètre cinquante-huit ? Et tu essaies de me les réchauffer, bien que ce ne fit pas grand-chose, j’appréciais ton geste. Un air désolé s’affiche sur mon visage, mes joues rougies par le froid. Bof.. Alors que j’étais encore assise sur toi, tu me redresses et sans que je puisse dire quelque chose, je me retrouve allonger en face de toi. Nos jambes entrelacés et ton bras autour de moi, je me blottis contre ta personne. Etant largement plus petite, je me redresse afin de pouvoir poser mon visage sur ton épaule et ainsi me coller tout à toi. Ta chaleur me suffit amplement... Dis-je en emmêlant une de nos mains ensembles, ainsi je pouvais profiter de ta chaleur et de ton contact. Mes lèvres embrassent tendrement la peau de ton cou tandis que mes doigts caressent le dessus de ta main. Je ne pourrai pas vivre sans toi, tu sais ? Un sourire niais se dessine sur mes lèvres, alors que je ferme peu à peu mes paupières afin de m’endormir. Cependant, après un bref silence, j’entendis cette question qui me froissa et qui me fit me renfermer à nouveau. Je te lâche immédiatement et je me redresse nerveusement, mon expression était fermée et froide. Ne sachant pas quoi faire, je me lève, écrasant ton pied par inattention. ça ne te regarde pas. La Sasha braquée en action, je te balance ça de manière glaciale et j’ouvre la porte de ta chambre, me précipitant dans la salle de bain afin de boire un verre d’eau. Mais, j’appuie mes mains sur les rebords, soupirant longuement. C’était tellement… Dur, de devoir garder ce passé secret. Seulement, j’avais vraiment trop peur de le confier à quelqu’un et que cela se sache. Non, je ne pouvais rien dire. Tu étais cette personne en qui j’avais aveuglement confiance, mais parler de mon passé était quelque chose dont je n’avais pas le courage. Après être resté une bonne dizaine de minutes seule, je décide de retourner dans la chambre, mais je m’étais de nouveau renfermée (comme au début). Sans t’adresser le moindre regard, je reviens me coucher dans le lit, cette fois-ci, je me tourne sur le flanc, face au mur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
MessageSujet: Re: Meet me at night ♥ Sasha (Daifuku house)   Lun 29 Fév - 11:32

Meet me at night,
I'll be waiting for you
Sasha & Dae Hwang



Passer du temps avec Sasha était toujours source de plénitude pour Dae. Il n'y avait pas à chercher midi à quatorze heure. Elle était son amie la plus chère et elle lui faisait du bien. Il lui en était reconnaissant. Et il espérait qu'au fond... il lui faisait tout autant de bien. Lorsqu'elle était là, surtout comme ça, le soir, il avait en tout cas l'impression de lui être utile. Et il aimait ça. Il aimait la sentir se blottir contre lui pour contrer le froid qui semblait toujours l'engourdir. Il aimait l'idée de lui être important. Il plaisanta sur le fait qu'il lui était utile seulement lorsqu'elle n'arrivait pas à dormir. Ce à quoi elle répondît adorablement : « Tu m’es toujours utile, et tu sais très bien combien tu m’es important, pas seulement pour dormir. » Il appréciait ce genre de déclaration. Ca lui plaisait même beaucoup et il en sourît un peu niaisement. Il n'y pouvait rien si ça le touchait après tout. Et Sasha savait très bien quoi dire pour lui faire plaisir. Il était tout fier à cet instant de compter pour elle. Il ne recherchait pas la reconnaissance, bien au contraire. Mais s'il en obtenait gratuitement, comme elle venait de lui en offrir, il ne pouvait qu'en être ravi. « Tu m’es indispensable et je refuse de te partager. » avait-elle même ajouter et il bomba le torse avec un petit rire. « Tu n'as pas besoin de me partager, de toutes manières. T'es ma petite Sashounette à moi. Et je suis ton petit Daedaebile à toi. » plaisanta-t-il en papillonnant des cils comme pour casser l'instant un peu trop solennel. Tant de déclaration, ça finissait en fait par le gêner un peu. Il n'était pas doué, lui, pour le faire et il se sentait un peu mal de ne pas savoir lui répondre avec sérieux. De toutes manières, il ne pouvait pas être sérieux plus de cinq minutes alors... En la voyant trembler il avait tenté de réchauffer ses petites mains adorables avec son souffle chaud. Ca n'avait pas été concluant vu sa moue et son « Bof.. »Alors il s'allongea avec elle, les recouvrant de la couette et l'enlaçant fortement contre lui, comme il le faisait presque à chaque fois. Se câliner, se papouiller... C'était leur petit rituel. Si quelqu'un entrait dans la chambre à ce moment, il aurait clairement pu penser que Sasha et lui était en couple. Mais pas du tout. C'était platonique, purement amical. Entremêler leur corps comme ils le faisaient leur était nature. « Ta chaleur me suffit amplement... » lui dît-elle alors qu'il venait justement de lui assurer que même une couette et lui suffirait à ce qu'elle n'ai plus froid. Il en sourît de nouveau et vînt embrasser son front puis son nez alors qu'elle entremêlait leurs doigts. Il était tout fier d'être sa bouillotte humain. « Je ne pourrai pas vivre sans toi, tu sais ? » ajouta-t-elle encore et il la rapprocha, comme pour l'encastrer dans son corps, son menton sur son crâne, et le visage de la demoiselle dans son cou. « Je ne pourrais pas non plus, aujourd'hui. » confia-t-il finalement, tout simplement. Si elle venait à disparaître, il ne le supporterait que très mal. Elle avait pris une place énorme dans sa vie. Si elle n'était plus là, il y aurait un grand vide. Et lui même se sentirait bien creux. Comme une coquille ne contenant plus sa perle. Car oui, Sasha était la petite perle de sa vie. Elle lui permettait de sourire au quotidien. Même s'il était du genre à toujours chercher l'amusement pour ne jamais que ses zygomatiques ne se reposent vraiment, il suffisait qu'elle apparaisse pour le mettre de bonne humeur sans effort.

Ils s'étaient mis en mode « dodo » depuis quelques minutes. Il n'y avait plus de bruit dans la chambre, seulement le cliquetis très léger de la montre qu'il portait au poignet venait troubler le silence de la pièce, accompagné de leur respiration. Et d'un coup, sans trop savoir pourquoi, cette question le piqua. Le comment elle était capable d'entrer ainsi chez lui, comme par effraction. Il la compara joueusement avec un ninja parce que c'était la première image qui lui était venue. Mais la réponse qu'elle lui donna fût sèche, glaciale et voulait bien signifier qu'il ne saurait pas. Jamais. « ça ne te regarde pas. » et il la vît sortir de sa chambre. Il avait à peine eu le temps de réaliser qu'elle s'était levée. Il se redressa lui aussi dans son lit, lâchant un « Bah... » d'incompréhension totale. Elle partît pendant quelques minutes qui lui parurent une éternité. Il eût le temps de se demander si elle n'avait pas carrément quitté l'appartement – mais le bruit de l'eau dans la salle de bain lui confirma que non. Il réfléchît à toute allure, cherchant ce qu'il avait dit de mal au fond ou encore comment se faire pardonner d'avoir été curieux. Il était complètement perdu et lorsqu'elle entra dans la chambre, il lâcha un petit « Sasha... » désolé avec une moue toute triste, espérant la faire rire et qu'elle daigne l'excuser. Mais elle revînt se coucher sans un mot, et ce dos à lui. Il eût un petit pincement au cœur en la voyant faire et hésita avant de se rallonger sur le flanc, derrière elle, maintenant une certaine distance. Il fixa sa nuque, longuement, comme si d'un coup d'un seul elle se retournerait et lui dirait « C'est pas grave. » pour qu'ils reprennent leurs attentions là où ils les avaient interrompu. Qu'avait-il dit de mal, bon sang ? Il ne comprenait pas. Finalement, il lâcha un petit soupire pour se donner du courage et se rapprocha, sensiblement, se redressant sur un de ses avant-bras pour se coller à elle tout en la surplombant légèrement. Il cherchait à voir l'expression de son visage. Ses traits étaient tendus. Elle semblait... Il n'aurait su le dire. Mais elle ressemblait à la Sasha des premiers jours où il l'avait connu. Avait-il foiré son coup à ce point ? La curiosité est un vilain défaut parait-il. Hésitant il vînt poser une main sur son épaule et la tira vers l'arrière pour qu'elle s'allonge sur le dos. Il vînt recouvrir son corps du sien, la bloquant contre le matelas avec un sourire adorable. « Comme ça tu peux pas t'échapper. » lui dît-il avec une petite voix de bébé. Il s'accouda au lit, encadrant son petit visage de ses gros bras et vînt du bout des doigts d'une de ses mains, frôler ses cheveux. « Pardon... » souffla-t-il simplement en venant embrasser sa joue. « Je voulais pas t'énerver. J'étais juste curieux. » lui confia-t-il continuant de caresser sa tête. « M'en veux pas. Tout ce que je voulais c'était... Fin c'est impressionnant quoi, que tu arrives à faire ça. » continua-t-il, cherchant ses mots. Il n'était définitivement pas doué. « Tu peux pas m'en vouloir de m'interroger sur le comment tu grimpes jusqu'ici comme un petit ouistiti. » plaisanta-t-il doucement et il finît par s'allonger doucement, sa joue sur l'épaule frêle de la jeune femme, glissant un peu à côté d'elle pour l'écraser un peu moins, mais la maintenant contre lui en gardant de façon possessive un bras et une jambe autour d'elle. « Pardon ma cacahuète... » se plaignît-il d'une voix peu virile. Quand il voulait se faire pardonner ou la faire rire, il prenait toujours ce ton là et employait des surnoms idiots. Il priait pour que ça suffise à la faire sourire à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
MessageSujet: Re: Meet me at night ♥ Sasha (Daifuku house)   Mar 1 Mar - 22:24

C’était vrai : je refusais de devoir te partager avec quelqu’un, que ce soit niveau amitié ou amour. Mais en amour, ce serait pire parce que j’haïrai cette future prétendante, personne n’était bien pour toi et je refusais de me faire à l’idée que tu serais heureux avec une autre fille que moi. Notre amitié est purement platonique, mais mon attachement à toi est si fort, si puissant que je refusais de devoir te céder à quelqu’un. Je mettais un point d’honneur sur cette possessivité, que j’avais avec toi mais tu m’étais si précieux, que jamais, mais bien J A M A I S je te laisserai à une autre femme. Qu’elles aillent se faire voir, je suis l’unique femme de ta vie. Et même si ce n’était que de l’amitié, je refusais tout court. Si je pouvais t’attacher et te garder toujours dans un coin de ma poche, ça m’empêcherait de devenir paranoïaque et de penser que tu vas m’oublier ou me remplacer… En te faisant ces quelques confessions nocturnes, je glisse ma main contre ta joue et je la caresse tendrement, mon regard plongé dans le tien. Promets-moi que tu ne m’oublieras jamais… Je connaissais déjà la réponse mais tu savais la peur que j’avais par rapport au rejet et combien tu avais déjà dû me rassurer. J’aime tous ces moments ensembles. Et tu le savais combien j’aimais qu’on passe du temps ensembles, tu étais ma dose de bonne humeur et sans toi, je ne serai rien. Sans ta présence, je broierai du noir toute la journée. Cependant, alors que je ne m’y attendais absolument ta question sur mon intrusion telle une espionne me coupa dans cet élan de tendresse et de confessions, c’était la question à ne pas poser. Mais comment pouvais-tu savoir que j’allais réagir ainsi ? Après tout, tu ignorais mon passé et ces activités que j’avais exercé en Russie. Tu savais seulement que j’avais été abandonné sans identité et que j’avais grandi, évolué en Russie. Je t’avais épargné ces détails sur la mafia de peur que tu me juges et me rejettes : personne ici ne savait tout ce que j’avais fait. Personne ne savait que j’ai failli être jeté du haut d’un immeuble, que j’ai été échangé contre de l’argent et que j’espionnais pour la Mafia. Honnêtement, je suis fière de ce passé mais pas assez courageuse pour le partager ; égoïsme ? Peut-être. Peur ? Sûrement. Une chose me paralyse et c’est le rejet, ainsi que l’indifférence. On s’apprêtait à dormir mais ta question me braqua et je me renfermais : comme au début. Mes yeux te foudroient sur le champ et je te réponds de manière glaciale avant de me lever, puis de quitter la pièce pour me réfugier dans la salle de bain. J’appuie mes mains sur le rebord du lavabo et j’essaie de calmer ma respiration, qui était purement saccadée. Le stress me faisait une espèce de boule au ventre et me nouer l’estomac. Ma réaction était si puérile mais comment pouvais-je réagir ? Après quelques minutes, je bus une gorgée d’eau, passa mes doigts dans mes cheveux noirs et je repris le court chemin de ta chambre. Cependant, je ne t’adresse pas un regard et je reviens me coucher, dos à toi et donc face au mur, décidée à m’endormir ainsi. Je clos mes paupières et laisse un silence s’installer avant de te sentir revenir vers moi. Comment faisais-tu pour me faire aussi facilement baisser mes barrières ? Je lève mes yeux vers toi, mon expression était vide, enfin aux bords froids quand même. Tu me fis basculer sur le dos et je ne peux m’empêcher d’esquisser un petit sourire, attendrie par tes gestes envers ma personne. Ce n’est pas grave. Je souris un peu plus à ton baiser contre ma joue et passe ma main dans tes cheveux, je t’écoutais parler, mais je ne rajoute rien. Comme à chaque fois, je te pardonnais très facilement et ton affection envers moi me touchait énormément. Et ton petit surnom me fit rire d’une manière adorable, j’hoche ma tête pour accepter tes excuses. Je te repousse un peu et je me redresse afin de venir caler ta tête sur un des coussins. Ensuite, je viens m’allonger à tes côtés, mais je viens appuyer ma tête contre ton pectoraux, mon bras se pose sur la longueur de ta taille afin de t’encercler de mon bras. Je te laisse poser ta tête contre la mienne et de ma main contre toi, je viens attraper une des tiennes afin de mêler nos doigts ensembles. Nos jambes se mélangent ensembles et je murmure. Fais-moi des gratouilles dans les cheveux mon Dae.. Alors que je câlinais le dessus de ta main, je viens débuter des papouilles le long de ton bras, sentant tes veines saillantes sur ce dernier. Je ne te laisserai jamais tomber mon Dae, jamais… Dis-je en fermant mes yeux, déposant un baiser contre le dessus de ta main.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Meet me at night ♥ Sasha (Daifuku house)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Meet me at night ♥ Sasha (Daifuku house)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» Wednesday Night Raw # 60
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Young Haitian MD named White House fellow
» Dirty Little Sasha. [Done.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
eat your kimchi :: Corbeille :: Fin du contrat de bail-
Sauter vers: